Pour nous contacter :

Permanence parlementaire - 28 Boulevard Gambetta - 29200 Brest

Tél. : 02 29 63 86 68 - Courriel : jean-charles.larsonneur@assemblee-nationale.fr

Assemblée Nationale - 126 rue de l'Université - 75355 Paris 07 SP

Tél. : 01 40 63 74 05

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
LOGOCOUL.jpg

Challenges : Sous-marins Barracuda, « des retards regrettables, mais compréhensibles »



Où en est le programme Barracuda ? La DGA et Naval Group ont ouvert les portes de l’usine de Cherbourg à quelques médias, dont Challenges, il y a quelques jours. Tous les détails sont à retrouver ici. Le Suffren, premier sous-marin de la famille de SNA, devrait bien être mis à l’eau en 2019, et livré à l’été 2020 à la Marine nationale. L’occasion de faire le point sur le programme avec Jean-Charles Larsonneur, député du Finistère et rapporteur des crédits d’équipements à la commission de la défense de l’Assemblée nationale.


Challenges : Avec le Barracuda, un grand pas technologique et opérationnel est-il franchi par rapport aux Rubis ?

Jean-Charles Larsonneur : Assurément. Le SNA Barracuda représente un système particulièrement évolué. A titre indicatif, un sous-marin de nouvelle génération, c’est environ 1.000.000 de pièces contre 100.000 pour un Boeing 777. C’est à la fois un sous-marin, une installation de lancement d’armes tactiques et de missiles de croisière et une centrale nucléaire. Ce sont nos premiers sous-marins d’attaque de l’après-guerre froide. Les progrès en termes de discrétion, d’endurance et de vélocité seront décisifs par rapport aux Rubis, et permettront d’assurer notre présence sur tous les théâtres d’opérations maritimes. En 2017, les SNA de la Marine nationale ont totalisé pas moins de 760 jours de mer. En bon brestois, je rappelle que cette capacité est indispensable : il sera bientôt impossible de déplacer un navire de surface sans être repéré du fait des drones, des satellites…


Interview à retrouver en intégralité sur le Blog Challenges